Guillaume Gallienne 

Tristan Baille : Bonjour Mr Guillaume Gallienne. Merci de nous recevoir au théâtre des champs Elysées pour cette pièce de Molière, le malade imaginaire.

Vous avez déjà un parcours conséquent et je me demandais si le théâtre est une passion ou une envie plus naturelle, plus simple, de profiter de la vie.

Guillaume Gallienne : En fait c’est les deux. Mais c’est vrai que le théâtre me permet de découvrir des situations différentes plus intensément, plus rapidement. De creuser. De chercher des émotions parfois sublimes ou monstrueuses. De toucher du doigt des réactions possibles. Les auteurs me permettent aussi d’imaginer des choses impossibles à imaginer en faisant un autre métier. 

Tristan Baille : Vous rappelez vous d’un spectacle qui vous a marqué quand vous étiez un enfant ?

Guillaume Gallienne : J’en ai vu beaucoup. Mais je crois que ce qui m’a marqué, c’est la danse. C’est Sylvie Guillem. J’étais bouche bée. Je me souviens aussi d’un vaudeville joué par mon professeur de physique, en Angleterre, où j’étais, avec des élèves de 1ere et terminale. Je me disais « ils ont l’air de tellement s’amuser ». Ils étaient libres.

Tristan Baille : Dans cette pièce de Molière, on a un personnage malade avec des remèdes donnés par des docteurs vaniteux, qui veulent plus plaire que soigner. On a aussi un mariage forcé. Qu’est ce qui est le plus important ?

Guillaume Gallienne : Molière s’est toujours attaqué à l’hypocrisie. Aux médecins. Bien avant le malade imaginaire. Une pièce il est vrai très testamentaire. Le personnage principal passe son temps à dire « dans 4 jours » et Molière meurt en jouant la 4eme !

À ma connaissance il n’était pas hypocondriaque, il avait même un médecin qu’il aimait beaucoup, et qui est mort peu de temps avant lui, d’ailleurs.

C’était un prétexte comique mais Molière va chercher dans son théâtre des archétypes inspirés des comédies latines et de la commedia dell ´arte. Évidemment. Archétypes que l’on peut moquer, chez les autres ou en nous.

L’hypocondrie relève de l’angoisse de la mort. On peut tous la vivre. Molière s’appuie là dessus. Il pense à tout quand il écrit. Le mariage de force. La scène, exceptionnellement, avec un enfant. Ce qui n’existe nul par ailleurs dans son théâtre. Il voulait faire jouer sa petite fille, mais la gamine était tétanisée. Il n’a pas réussi mais il a conservé la scène. 

Tristan Baille : Mais Argan est un « cas » si je peux dire.

Guillaume Gallienne : Argan, malade imaginaire de l’hypocondrie, est un personnage poussé à l’extrême. Il devient tyrannique. Paranoïaque. A juste titre, finalement. Car si vous passez votre temps à dire « je suis malade, je sais que je le suis », et que les autres vous répondent « non, vous ne l’êtes pas », au bout d’un moment, vous pensez qu’ils veulent votre mort. Ça le rend dingue. Même si le cadre chez Molière est très domestique. Très familial.

Tristan Baille : Qu’est-ce qui vous passionne le plus dans votre métier ?

Guillaume Gallienne :Les autres.

Tristan Baille : Aimeriez-vous retrouver l’ambiance de la radio ?

Guillaume Gallienne : Vous savez…j’aime surtout le studio. Qu’il soit de radio ou de théâtre. Le studio de répétition. Un plateau de cinéma. J’aime l’espace où le prisme est le même pour tout le monde. Quand tout le monde a une concentration qui cible la même chose. Ce lieu où on a le droit à l’erreur. Le droit de se tromper. On essaye. On tente. On réessaye. On se plante. On refait. On cherche. On tâtonne. On ne sait pas s’il fait jour ou nuit. On ne sait plus rien. On ne pense plus à sa facture de gaz. On pense à autre chose. À ce qu’on est en train de faire ici et maintenant. Dans le présent. Cet endroit-là, oui je l’aime. Mais la radio ne me manque pas. Je viens de tourner une série en Angleterre pendant 6 mois. J’ai la chance de continuer mon métier comme je l’aime. Que ce soit en répétition ou à la Comédie Française. 

Tristan Baille : Avez-vous une anecdote originale concernant cette pièce ?

Guillaume Gallienne :Des surprises j’en ai tout le temps. La plus marquante, c’est qu’on devait faire une captation pour la télé, c’était prévu, mais comme il y avait le Covid, on a joué devant une salle…vide ! C’était particulier. Vraiment étrange. 

Tristan Baille : Un personnage de Molière vous a t’il marqué plus qu’un autre ?

Guillaume Gallienne : J’ai beaucoup joué Oronte. J’ai pas mal travaillé le Misanthrope pour des concours. Puis je l’ai joué à la Comédie Française. Mais Argan reste le plus important à mes yeux. Je le joue depuis 2019. Et on va le reprendre la saison prochaine de septembre à janvier. C’est un parcours qui s’inscrit dans le temps. On a fait une tournée. Des salles différentes. Des ambiances différentes. Des acoustiques différentes. 

Tristan Baille : Y a-t-il une phrase que vous préférez dans la pièce ? Et si oui, pourquoi ?

Guillaume Gallienne : Oui. Il dit «Voyez-vous, j’ai sur le cœur toutes ces maladies que je ne connais pas ». Il parle de son cœur. C’est tellement juste.

Tristan Baille : Un conseil à donner à une personne qui voudrait exercer le métier de comédien aujourd’hui ?

Guillaume Gallienne :J’en ai deux. Qui viennent de la même personne. Arletty. Un jour, François Perier emmène son fils dans la loge d’Arletty à l’issue d’un spectacle, elle lui demande « et toi, petit, qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? »

Jean Marie Perier, très fier, lui répond « je voudrais être artiste ».

Arletty enchaîne avec « Alors il faut que tu prennes tes défauts, tu les mets en avant, et ça deviendra des qualités que les autres voudront imiter ».

Voilà pour le 1er.

Le 2eme, c’est à la première cérémonie des Césars. Brialy remettait le César du meilleur jeune espoir féminin, et à la question « quel conseil donneriez-vous à cette demoiselle ? », Arletty répond « De la tenue en toutes circonstances ! »

Betty Brunaud.

Betty Brunaud.

Offrir et servir ont toujours été des valeurs qui m’animent depuis mon plus jeune âge, je me revois encore en train de cuisiner et de distribuer des cookies au sein de l’entreprise familiale de mon père. Pour moi, c’était essentiel de prendre soin des équipes et d’encourager des moments de plaisir afin d’optimiser la productivité. 

LE SOFITEL GOLFE D’AJACCIO THALASSA SEA & SPA

LE SOFITEL GOLFE D’AJACCIO THALASSA SEA & SPA

Au coeur d’un domaine privé se dresse le Sofitel Golfe d’Ajaccio Thalassa Sea & Spa, hôtel 5 étoiles qui, par sa vue imprenable à 360° sur la Méditerranée, son jardin apaisant et son confort, séduit voyageurs et locaux. Le 1er mars prochain, l’établissement ouvrira ses portes pour une nouvelle saison, réservant à ses clients une expérience unique et pleine de surprises.

Stéphane GERBET, Directeur Général de l’établissement, se réjouit déjà de débuter cette nouvelle saison : « Mes équipes et moi-même sommes impatients de retrouver nos clients en terre corse pour leur faire vivre des expériences uniques chaleureuses et innovantes. Nous avons à cœur qu’ils se sentent chez eux, « A Casa Nostra », sur ce merveilleux paradis flottant, entre les odeurs du maquis et le clapotis des vagues. »

FLAINE EN HIVER :PLONGÉE DANS L’ATMOSPHÈRE MAGIQUE DE LA STATION AVEC L’HÔTEL ALHÉNA

FLAINE EN HIVER :PLONGÉE DANS L’ATMOSPHÈRE MAGIQUE DE LA STATION AVEC L’HÔTEL ALHÉNA

Flaine incarne avant tout l’union exceptionnelle entre Marcel Breuer, éminent représentant du modernisme et du mouvement Bauhaus, et un couple français, les Boissonnas. Cette rencontre entre passionnés de montagne, d’architecture et de design a donné naissance à une ambition commune : contribuer à la transformation d’un territoire montagneux.

Renault Austral 

Renault Austral 

Nous avons eu l’opportunité de mettre à l’épreuve Renault Austral esprit Alpine lors de notre récent séjour en montagne, et nous en sommes tout simplement ravis !

Notre modèle arbore un look résolument sportif : badge esprit Alpine, teinte exclusive gris schiste satin, seuil de porte, bouclier avant avec lame sport gris schiste, jantes alliage daytona 20”, feux arrière high-tech avec effet « moiré 3D », sellerie en tissu Alcantara® avec surpiqûres bleues, volant gainé nappa/Alcantara® et coutures bleu/blanc/rouge.

Tendances Beauté 2024 : Éclat et Naturel

Tendances Beauté 2024 : Éclat et Naturel

Dans le monde de la beauté, chaque année apporte son lot de nouvelles tendances et de techniques innovantes. En 2024, la tendance est à la mise en valeur naturelle de la peau, avec un accent sur l’éclat et la fraîcheur. Voici un aperçu des tendances actuelles et quelques conseils en maquillage pour vous aider à obtenir un look impeccable et naturel.

Peau Lumineuse et Hydratée
Une peau saine et lumineuse est la base de tout maquillage réussi. Pour obtenir cet éclat naturel, il est essentiel de maintenir une routine de soins de la peau régulière. Assurez-vous de nettoyer, d’hydrater et de protéger votre peau quotidiennement. Utilisez des produits hydratants riches en ingrédients nourrissants tels que l’acide hyaluronique et les vitamines.

MAISON ALBAR 

MAISON ALBAR 

Perché au-dessus du Maison Albar - Le Victoria, TAULISSA offre une vue panoramique à 360°, tant sur la Méditerranée que sur l’arrière-pays niçois et le parc national du Mercantour. Sa carte a été imaginée dans un esprit de partage et de convivialité, à partir de plats simples, généreux, avec des sauces savoureuses et un zeste de folie. Chaque plat réserve une surprenante découverte.

Glenn Viel et Fred Grava, son chef exécutif, valorisent les produits locaux, ils partent à la rencontre des producteurs de la région pour agrémenter leur carte de joyeuses découvertes. Ouvert toute l’année, les plats signatures sont adaptés aux saisons et agrémentés des arrivages quotidiens.

La Bouitte : l’authenticité au sommet

La Bouitte : l’authenticité au sommet

Au cœur des 3 vallées, au hameau de Saint Marcel et à Saint-Martin-de-Belleville, la tradition savoyarde a sans conteste résisté aux aléas du temps, sereine et nature, dans la pure tradition savoyarde des chalets d’époque. Les yeux sur les sommets, à peine à quelques lacets de notre arrivée, l’âme déjà embarquée dans la curiosité planante, se dresse La Bouitte, Relais & Châteaux 5 étoiles, chez René et Maxime Meilleur, restaurant étoilé au Guide Michelin depuis plus de 20 ans.

C’est dans ce havre de paix que la magie opère dès l’instant. L’atmosphère est délicate mais non ostentatoire, l’attention particulière dénuée de manières surfaites, surprenante. Nous sommes d’ores et déjà transportés dans un cocon familial où tout est fait pour nous projeter chez nous, mais un peu ailleurs. L’évasion s’inscrit dans les murs. Dans la décoration culturelle et historique, les cloches de vaches chinées, les tableaux d’Art et autres poteries anciennes, les moules à beurre des grands-mères, les fourches à foin symbole de la vie agricole et du bon sens paysan, les richesses nourricières chères à la famille Meilleur.

Autograph Collection Hotels fait ses débuts en Hongrie avec l’ouverture de Dorothea Hotel, Budapest, Autograph Collection.

Autograph Collection Hotels fait ses débuts en Hongrie avec l’ouverture de Dorothea Hotel, Budapest, Autograph Collection.

Autograph Collection Hotels, fait partie du portefeuille international de Marriott Bonvoy composé de plus de 30 marques emblématiques. Installé dans trois édifices historiques de Budapest, au coeur de l’emblématique quartier District V, le nouvel hôtel rend hommage à l’archiduchesse Dorothea, personnalité influente du XIXe siècle ayant contribué de façon significative au développement culturel et économique de la ville aux côtés de son époux Joseph, le palatin de Hongrie. Capturant l’élégance de l’âge d’or hongrois, le Dorothea Hotel offre à ses hôtes un refuge surprenant où l’héritage historique se mêle à l’expérience contemporaine, fusionnant passé et présent au coeur même de la cité.