Interview Garance Authié

Crush Magazine : Bonjour, à quel âge avez-vous commencé votre carrière de mannequin ?

Garance : J’ai fait mes premiers pas dans le monde du mannequinat à l’âge de 9 ans.
À cette époque, j’étais très timide, et mes parents ont vu dans le mannequinat un moyen de me permettre de gagner en confiance en moi. Mon premier défilé pour Gustavolins reste un moment inoubliable, surtout le privilège de clôturer le show à ses côtés. Ce fut une véritable immersion dans un univers que je ne connaissais pas, surtout à travers les yeux d’une petite fille timide comme j’étais à l’époque.

Crush Magazine : Combien d’agences vous représentent actuellement ?

Garance : Actuellement, je suis affiliée à deux agences parisiennes, ainsi qu’à Madrid où je poursuis mes études. Je suis également en contact avec des agences américaines, car je vais passer quelques mois aux États-Unis dans le cadre de mes études.

Crush Magazine : Qu’est-ce qui vous passionne le plus dans ce métier de mannequin ?

Garance : Ce qui me fascine le plus, c’est la possibilité de m’exprimer en toute liberté en incarnant différents personnages. Selon le photographe et le projet, j’explore des émotions et des attitudes que je n’aurais jamais imaginées. Chaque séance photo est une aventure où l’on repousse les limites de notre créativité. De plus, il y a l’adrénaline des défilés, les voyages et les rencontres inattendues avec les créateurs qui rendent ce métier constamment stimulant et passionnant.

Crush Magazine : Combien de séances photo avez-vous réalisées jusqu’à présent ?

Garance : Je n’ai pas de nombre exact, mais ce qui est marquant, c’est de voir comment mon expérience s’est enrichie au fil des années. Chaque séance photo est une opportunité d’apprendre et de grandir professionnellement.

Crush Magazine : Avez-vous un souvenir particulièrement marquant d’une séance photo ?

Garance : Mon premier défilé restera à jamais gravé dans mon cœur. Mais il y a aussi ce shooting au Maroc où j’ai galopé a cru sur une plage déserte au coucher du soleil. C’était un mélange d’adrénaline et de pure beauté. Je suis convaincue que le meilleur reste à venir !

Crush Magazine : Le monde du cinéma vous tente-t-il ?

Garance : Le cinéma est un art qui m’a toujours fascinée, car il offre une autre forme d’expression qui demande un travail intense sur soi. Si l’opportunité se présente, je serais ravie de relever ce défi.

Crush Magazine : Devez-vous suivre un régime alimentaire strict pour maintenir votre ligne ?

Garance : Grâce à l’éducation alimentaire que mes parents m’ont inculquée dès mon enfance, je n’ai jamais eu besoin de suivre un régime strict. Ma passion pour le sport, que ce soit la danse, l’équitation ou les sports nautiques, m’a également aidée à garder la ligne, car je suis plutôt épicurienne !

Crush Magazine : Où vous voyez-vous dans 10 ans ?

Garance : C’est une question à laquelle je réfléchis souvent. À 19 ans, je suis partagée entre la poursuite de ma carrière de mannequin et l’idée de plonger dans le monde de la finance. Pour le moment, je prépare le terrain pour les deux options, et seul l’avenir nous le dira !

Crush Magazine : Une petite anecdote à nous raconter sur le shooting que nous avons fait ensemble ?

Garance : Avec l’équipe sur place et notre photographe exceptionnel, nous aurions pu continuer à shooter toute la nuit ! Heureusement, Jérémy le fondateur de Crush Magazine était là pour nous rappeler que toutes les bonnes choses ont une fin. C’est toujours un plaisir lorsque l’on est tellement immergé dans ce que l’on fait que l’on perd la notion du temps.

Crush Magazine : Un mot à ajouter sur Cathy Guetta, qui fait notre couverture ?

Garance : Cathy Guetta incarne l’esprit des soirées extraordinaires dans des lieux mythiques. Dans un milieu où tout semble léger et festif, seuls les vrais professionnels perdurent. Elle représente une femme moderne et libre, et j’adorerais avoir l’occasion de danser à ses côtés à Ibiza !

Crush Magazine : Avez-vous un conseil ou un message particulier à partager avec nos lecteurs ?

Garance : N’oubliez jamais de suivre vos rêves et de croire en vous. Chaque expérience, qu’elle soit bonne ou mauvaise, nous façonne et nous rend plus fort.

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine 

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine 

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine. Un grand moment.

J’avais vu le film. Comme beaucoup de personnes. J’étais intrigué par l’adaptation théâtrale.
Mais quand je suis entré dans le théâtre, j’ai aussitôt basculé dans l’histoire. L’ambiance musicale. Les acteurs qui cherchent une classe en s’adressant aux spectateurs dans la salle, jusque dans les étages. Un petit concert semble s’improviser. Les spectateurs montent sur scène et dansent. Spectacle avant l’heure.

Les raisins de la colère 

Les raisins de la colère 

Je suis sorti de cette interview en étant vraiment impressionné.
L’adaptation théâtrale était loin d’être évidente. Et c’est une réussite. Sur la route 66, dans l’Amerique des années 30 qui, sur bien des points, connaît des problématiques similaires à la nôtre. Comme par exemple les problèmes d’eau. Les problèmes économiques et sociaux. Les migrations. La police sur les dents. Les voyageurs qui sont stigmatisés. Comme beaucoup de Okies (habitants de l’Oklahoma) qui voulaient un futur, un sol à semer.

Les diaboliques

Les diaboliques

C’est Nicolas BRIANÇON qui met en scène cette pièce. D’après Jules Barbey d’Aurevilly. Le texte est de Christophe Barbier. Avec Gabriel Le Doze. Magali Lange. Krystoff Fluder. Reynold de Guenyveau.

Christophe Barbier s’intéresse à cette œuvre symbolique. La question de la morale se pose alors. Tromper l’autre. La dépravation. Meurtre. Bassesses. Désirs dévorants. Vice.
4 acteurs diaboliquement énergiques nous poussent à réfléchir. Faut il interdire le recueil « les diaboliques » ?

Mademoiselle Bio. Le partage d’un savoir-faire !

Mademoiselle Bio. Le partage d’un savoir-faire !

Enseigne numéro 1 de cosmétique bio en ligne. Mademoiselle Bio, depuis 2006, est le symbole de la beauté engagée. Rendez vous compte ! 4000 produits de beauté bio ! Avec 150 marques de cosmétiques !
Pour Mademoiselle Bio, ce n’est pas qu’une affaire de mode. Ou une réflexion éphémère. C’est une marque et des employées convaincues ! Or seule la cosmétique certifiée bio est faite à base de plantes !