Interview de Gilles de Maistre, réalisateur du « dernier jaguar »

Tristan Baille : Bonjour Gilles de Maistre. Merci pour cette rencontre. Vous avez réalisé le film à succès « le dernier jaguar ». Je connaissais « Mia et le lion blanc » et vous êtes revenu à une amitié entre une petite fille et un félin. Ce lien entre l’innocence d’un enfant et notre environnement semble une vraie thématique à explorer pour vous.

Gilles de Maistre : Ça commence par le fait que j’en ai 6 des enfants (rires) ! On leur raconte des histoires avec ma femme qui a écrit le scénario donc quoi de mieux que de prendre des personnages qui leur ressemblent pour animer ces aventures. Après, les enfants permettent de faire passer beaucoup de choses humaines. Et d’une manière beaucoup plus ludique.

Tristan Baille : Est ce que travailler avec un enfant est différent ? Et est ce que vous agissez comme si c’était une actrice à part entière, malgré sa jeune expérience ?

Gilles de Maistre : Sur le plateau comme n’importe quelle actrice. Mais c’est vrai que ce que je leur demande dans des films c’est de construire un personnage, or c’est tout un travail. Surtout qu’on demande de jouer avec un prédateur. Mia c’était un lion. Hope est un jaguar. Ce n’était pas évident de créer une interaction. De contrôler quelque peu l’animal, l’apprivoiser à la caméra, l’habituer, le mettre en confiance. Suivre l’actrice. Jouer avec elle. Et ça reste un animal sauvage.

Tristan Baille : Je sais que vous êtes très soucieux du bien être des animaux. J’imagine que les protocoles étaient drastiques, complexes, pour protéger le jaguar ?

Gilles de Maistre. Effectivement. Il n’a pas été enlevé dans la nature. Mais dans un lieu où il avait été recueilli, protégé. Puis il fallait le réhabiliter dans un refuge. Pour qu’il ne soit pas victime d’exploitation. Après sur le plateau, c’était toute une organisation. Des barrières. Des grillages. De quoi éloigner les curieux et faire en sorte que le jaguar ne parte pas en vadrouille. Les mesures de sécurité étaient très importantes. J’étais entouré d’une belle équipe où chacun apporte son expertise. Mais sur un film comme celui ci je passe au second plan car notre star c’est l’animal. Quand il ne voulait pas tourner, jouer ou dormir et bien on attendait. Il avait son rythme de vie.

Tristan Baille : Traffic des animaux, déforestation de l’Amazonie. Vous avez un cinéma qui alerte. Qui dénonce. Et finalement les enfants ne sont ils pas le meilleur moyen de faire passer des messages ?

Gilles de Maistre : C’est très important pour moi. C’est par les enfants que les messages peuvent passer. Il ne peut pas y avoir de changement brutal. Pour évoluer, il faut tout un travail d’éveil. L’enseignante est d’ailleurs essentielle car elle symbolise le savoir qui accompagne la petite fille. Elle doit repousser ses limites. Et l’essentiel réside alors dans les explications qu’elle donne, transmet. Dans l’éducation.

Tristan Baille : Le contraste entre New York et la jungle est saisissant. Comment est née cette idée ?

Gilles de Maistre : C’est un projet global. L’idée du jaguar et de l’enfant qui veut sauver l’animal. Ça rappelle Le livre de la jungle. Le monde sauvage n’a pas été oublié.

Tristan Baille : Ce film est étonnant car il est entre la fiction et le réel. Je sais que vous avez fait beaucoup de documentaires.

Gilles de Maistre : C’est vrai. C’est une vraie aventure. La beauté du monde est si fragile. Le monde merveilleux de la nature. Des animaux. Le monde d’aujourd’hui est mangé par la technologie. Les guerres. Une vision pessimiste. Mais dans le film Autumn veut se battre pour son idéal, trouver une solution, sauver le jaguar, et pour ça, il faut agir. Agir pour préserver notre planète et ses différentes cultures.

Tristan Baille : Merci Gilles de Maistre.

Tory Burch. 

Tory Burch. 

Tory Burch. La styliste américaine est née le 17 juin 1966 aux États-Unis.
En 2004, voilà la marque de prêt-à-porter à son nom ! Elle rencontre le succès. Elle devient une vedette de la mode et une des personnalités qui comptent à New York.

Sa mère est une actrice et mannequin qui a partagé la vie de Marlon Brando et Steve Mc Queen. Et son père était avec Grâce Kelly. Rien que ça.

La nouvelle table Rive Gauche du Chef Guy Martin

La nouvelle table Rive Gauche du Chef Guy Martin

C’est un classique du quartier. Celui de la Tour Maubourg, paisible et résolument parisien. C’est aussi une adresse privilégiée, baignée de lumière, faisant face à l’histoire de France - les bâtiments de l’hôtel des Invalides. Deux belles raisons pour le Chef d’inaugurer la première page d’une belle collection : Maison Guy Martin. « Des tables de cuisinier, avec une identité propre. Et pour chacune, la volonté de témoigner de l’âme d’un quartier ». A l’image du paysage historique qui plante le décor, Pasco déroule une cuisine française, travaillée avec soin.

Livre tatoo

Livre tatoo

La première bible du tatouage fine-line avec les dernières tendances. Depuis une dizaine d’années, les microtatouages sont de plus en plus recherchés et permettent au tatouage de se diffuser auprès d’un public plus large.

Olibanum. Sentir et ressentir.

Olibanum. Sentir et ressentir.

Simple. Raisonnable. Engagé.
Gérald Ghislain a fondé cette marque en exprimant sa créativité. L’oliban, résine relaxante, apaisante, sert alors de fondation à un parfum précieux. Princes et rois pourraient les porter encore sur tous les continents, auréolés d’effluves divines, presque des prières pour le nez.
Dans chacune des eaux de parfum, il est le lien qui embrasse une matière première, tout en gardant à l’esprit des projets humanitaires.

FILA – M-SQUAD

FILA – M-SQUAD

La FILA M-SQUAD est un modèle signature inspiré du basketball sorti pour la première fois en 1993. Elle a été conçue à l'origine pour le joueur de NBA Jamal Mashburn. Le panneau M sur la tige fait référence à l'initiale du joueur.

Rééditée cette saison avec une tige en bi-matière, la FILA M-SQUAD existe depuis maintenant plus de 25 ans, faisant d’elle une paire de basket montante intemporelle.

M-SQUAD 140€

Ma version de l’histoire ! Du bonheur !

Ma version de l’histoire ! Du bonheur !

Pour l’auteur et comédien Sébastien Azzopardi, le plus important, c’est que le texte, une fois digéré par les acteurs, après avoir travaillé en amont, puisse recevoir cette énergie, cette humeur. Car c’est une comédie où évoluent de vraies personnes. Et c’est ce qui touche les gens.

J’ai été tellement surpris par cette pièce. Je pensais au départ que le mari était un banal menteur prêt à tout pour tromper sa femme. Je me trompais. Celle-ci cache bien son jeu. Mais bien entendu, c’est aux spectateurs de se faire leur opinion. Il est vrai que c’est une femme complexe. On a tous des secrets, avec nos colères, nos déceptions, nos bonheurs, nos compromis. Vis à vis de l’autre et de nous mêmes. Vis à vis des valeurs que nous défendons. Donc oui, ces personnages ne sont pas lisses, selon Sébastien Azzopardi.

Nous créons votre magazine, pour votre clientèle

Nous créons votre magazine, pour votre clientèle

Ce message concerne les dirigeants dans le domaine de l'hôtellerie :

Après avoir conçu et produit 27 couvertures et magazines de 80 pages, réalisé 243 séances photo et rédigé 322 articles, l'équipe de Crush Magazine est prête à mettre son expertise et son expérience à votre service pour créer votre propre magazine.

Offrez à votre clientèle un magazine 100% personnalisé ! Dites adieu aux magazines traditionnels comme Vogue, Elle ou Marie-Claire dans vos chambres et soyez à la pointe en proposant votre propre média, offrant un contenu de qualité et ciblé. Un magazine qui reflète votre identité, avec vos actualités hôtelières !

Grâce à notre solide expertise, réalisez votre magazine pour trois fois moins cher que si vous le faisiez en interne. Nous avons les contacts, les ressources et le réseau nécessaire, ainsi que l'accès à des personnalités influentes pour créer votre média, qu'il soit imprimé ou numérique.

Nous serons à votre écoute pour créer une revue haut de gamme en français et en anglais. Ne perdez plus de temps et prenons rendez-vous dès maintenant pour concrétiser ensemble ce beau projet.

Charlie Paris

Charlie Paris

Cela fait 10 ans que cette maison d’horlogerie existe. Je découvre la boutique un peu par hasard. Je suis bien accueilli. Je fais le tour des présentoirs. Et je me rends vite compte que ce sont des montres de qualité, conçues pour durer. Fabriquées en France. Dont j’ai alors la chance de visiter l’atelier où des composants sont sélectionnés puis assemblés.
Un design sobre et efficace. Un savoir-faire local pour cet atelier parisien. Des horlogers d’expérience qui fabriquent professionnellement, devant moi, à la main, ces petites merveilles. Une cigogne sublime orne chaque montre. Un véritable nid de beautés.