Designer et architecte Clémentine d’Aspremont-Menayas

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis designer, artiste et architecte DPLG, agréée dans l’État de New York, en France et en Belgique.

Quel est votre parcours ?

J’ai travaillé aux États-Unis à San Francisco et New York pendant 12 ans avant de fonder en 2012, à Paris et Bruxelles, mon agence sous l’acronyme CDA Studio. Je construis et rénove des espaces commerciaux, des bureaux et des espaces résidentiels à Paris, Bruxelles, New York et San Francisco et j’ai réalisé le luxueux showroom d’Alexander Wang à Paris.

Dans ma pratique de l’architecture, j’ai conçu du mobilier ce qui me conduis aujourd’hui à lancer Avao, ma première ligne de mobilier en bois cintré et en cuir.

Photographe : © Mario Simon Lafleur

Quelles sont vos sources d’inspiration ? Pourquoi avoir nommé cette collection Avao ?

Pour cette collection mes sources d’inspirations sont des classiques modernistes tels que la chaise Cantilever S 533 L de Mies van der Rohe et la chaise Cantilever de Marcel Breuer.

Je voulais un nom court, lisible dans beaucoup de langues et qui exprime le côté chaleureux et courbe de ma collection. Après quelques essais, Avao m’est apparu comme une évidence.

Photographe : © Mario Simon Lafleur

Pourquoi avoir choisi le bois et le cuir ?

Je les ai choisis car ce sont des produits que j’apprécie beaucoup esthétiquement, qui sont intemporels et naturels.

C’était important pour vous de réaliser une collection made in France ?

Le fait de produire local et de contribuer au développement économique de mon pays est bien sûr important pour moi. Pour être honnête, le Made in France n’était pas au départ dans mes plans. Mes prototypes étant réalisés par Viesturs Kriskalns, un ami en Lettonie, je suis dans un premier temps allée voir dans ce pays une société de production que connaissait Viesturs. Cette dernière ne montrait aucune flexibilité et n’acceptait de produire ma collection que si j’utilisais des matériaux plus basiques: ex des feuilles de bois cintres beaucoup plus fines et dans une seule finition. J’ai alors commencé à faire des recherches dans différents pays européens et ai été séduite par Cardineau qui se trouvait être en France. J’ai donc fait du Made in France parce que c’était le meilleur choix pour ma collection.

Photographe : © Mario Simon Lafleur

Quel a été votre plus grand défi pour cette collection ?

Clairement la production ! Je n’aurais jamais imaginé que pour un meuble j’aurais besoin de réunir 7 ateliers différents ; 1 pour faire le bois cintre, 1 pour la finition du bois, 1 pour le cuir, 1 pour les attaches en laiton, 1 pour les tiges filetées en inox, 1 pour les tiges en laiton et 1 pour le montage.

Maire Ariel Weil

Photographe : © Dario Ruggiero

À propos 

Clémentine d’Aspremont-Menayas est à la fois designer, artiste et architecte DPLG, agréée dans l’État de New York, en France et en Belgique.

Clémentine a travaillé aux États-Unis à San Francisco et New York pendant 12 ans avant de fonder en 2012, à Paris et Bruxelles, son agence sous l’acronyme CDA Studio. Elle construit et rénove des espaces commerciaux, des bureaux et des espaces résidentiels à Paris, Bruxelles, New York et San Francisco et a notamment  réalisé le luxueux showroom d’Alexander Wang à Paris.

Dans sa pratique de l’architecture, Clémentine d’Aspremont-Menayas a conçu du mobilier ce qui la conduit aujourd’hui à lancer Avao, sa première ligne de mobilier en bois cintré et en cuir.

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine 

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine 

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine. Un grand moment.

J’avais vu le film. Comme beaucoup de personnes. J’étais intrigué par l’adaptation théâtrale.
Mais quand je suis entré dans le théâtre, j’ai aussitôt basculé dans l’histoire. L’ambiance musicale. Les acteurs qui cherchent une classe en s’adressant aux spectateurs dans la salle, jusque dans les étages. Un petit concert semble s’improviser. Les spectateurs montent sur scène et dansent. Spectacle avant l’heure.

Les raisins de la colère 

Les raisins de la colère 

Je suis sorti de cette interview en étant vraiment impressionné.
L’adaptation théâtrale était loin d’être évidente. Et c’est une réussite. Sur la route 66, dans l’Amerique des années 30 qui, sur bien des points, connaît des problématiques similaires à la nôtre. Comme par exemple les problèmes d’eau. Les problèmes économiques et sociaux. Les migrations. La police sur les dents. Les voyageurs qui sont stigmatisés. Comme beaucoup de Okies (habitants de l’Oklahoma) qui voulaient un futur, un sol à semer.

Les diaboliques

Les diaboliques

C’est Nicolas BRIANÇON qui met en scène cette pièce. D’après Jules Barbey d’Aurevilly. Le texte est de Christophe Barbier. Avec Gabriel Le Doze. Magali Lange. Krystoff Fluder. Reynold de Guenyveau.

Christophe Barbier s’intéresse à cette œuvre symbolique. La question de la morale se pose alors. Tromper l’autre. La dépravation. Meurtre. Bassesses. Désirs dévorants. Vice.
4 acteurs diaboliquement énergiques nous poussent à réfléchir. Faut il interdire le recueil « les diaboliques » ?

Mademoiselle Bio. Le partage d’un savoir-faire !

Mademoiselle Bio. Le partage d’un savoir-faire !

Enseigne numéro 1 de cosmétique bio en ligne. Mademoiselle Bio, depuis 2006, est le symbole de la beauté engagée. Rendez vous compte ! 4000 produits de beauté bio ! Avec 150 marques de cosmétiques !
Pour Mademoiselle Bio, ce n’est pas qu’une affaire de mode. Ou une réflexion éphémère. C’est une marque et des employées convaincues ! Or seule la cosmétique certifiée bio est faite à base de plantes !

Interview Garance Authié

Interview Garance Authié

J’ai fait mes premiers pas dans
le monde du mannequinat à l’âge de 9 ans. À cette époque, j’étais très timide, et mes parents ont vu dans le mannequinat un moyen de me permettre de gagner en confiance en
moi. Mon premier défilé pour Gustavolins reste un moment inoubliable, surtout le privilège
de clôturer le show à ses côtés. Ce fut une véritable immersion dans un univers que je ne connaissais pas, surtout à travers les yeux d’une
petite fille timide comme j’étais à l’époque.