Mozart mon amour 

Éditorialiste. Chroniqueur. Directeur de rédaction dans le passé avec dynamisme et une vraie sensibilité pour le lectorat féminin. Capable de donner un nouveau souffle à un site internet. Journaliste. Christophe Barbier est un littéraire qui aime l’histoire. Commenter. Poser des questions. Donner son opinion. Dévoiler ses certitudes. S’interroger. Créer des débats. La télévision. La radio. Un homme capable d’animer bien des émissions politiques avec une capacité à sensibiliser les néophytes aux missions des institutions en France.

« Multi casquettes » dit l’expression.
Metteur en scène. Comédien incarnant Paul Morand dans « Mademoiselle Chanel ». Christophe Barbier est aussi un auteur. Il a écrit par exemple le « Dictionnaire amoureux du théâtre ». Ou « Le monde selon Sacha Guitry ». 
« Le monde selon Molière ». Il apparaît aussi à la télévision ou sur le grand écran avec « Doutes », de Yamini Kumar. Ou « Profilage ». « Munch », ou « Le commissaire Magellan ».
Ce soir…Je sors à peine de la pièce «Mozart mon amour ». Au théâtre de Poche à Montparnasse, où l’ombre de Philippe Tesson est encore là, sur la scène illuminée. Lui qui aimait transmettre les beautés écrites par bien des artistes. 
Dans sa pièce, Christophe Barbier révèle son amour de l’opéra, de la musique en général, et toute l’insolence de Mozart, qui refusait les perruques, qu’il trouvait ridicules, semble encore planer dans cet écrin de Montparnasse. 
L’histoire ?
Cela fait 13 ans que Mozart est mort. Et le diplomate Von Nissen, qui adulait le grand compositeur, veut que le conseil impérial d’Autriche rétablisse le renom, presque l’honneur de Mozart.
Mais il n’est pas seul. Il a un argument de poids. Un atout. La veuve du prodige. Constanze (Pauline Courtin, admirable). Une Soprane sublime. Rome. Paris. La villa Médicis. Elle a chanté sur de grandes scènes. Au Châtelet. Au festival d’Aix en Provence. A Amsterdam. Florence. Saint Petersbourg. Bayreuth. Sa voix est un bijou. Une merveille. On passe alors de la joie à la tristesse au fur et à mesure des morceaux choisis avec soin. Les airs interprétés sur scène ? Ils sont un sortilège savoureux pour les oreilles. De quoi ravir les connaisseurs comme les amateurs.
  • Extrait de la Symphonie n°I
  • Variations sur Ah ! vous dirais-je maman ?
  • Extrait du Miserere d’Allegri
  • Air d’Aminta dans II re pastore
  • Air de Constanze dans L’Enlèvement au sérail
  • Deuxième air de Chérubin dans Le nozze di Figaro
  • Deuxième air de Zerlina dans Don Giovanni
  • Air de « Là ci darem la mano » dans Don Giovanni
  • Extrait du troisième mouvement de la Sonate n° 2 en fa majeur
  • Deuxième mouvement, adagio du Concerto n ° 23 pour piano et orchestre
  • Deuxième air de Despina dans Cosi fan tutte
  • Extrait de la Fantaisie n° 397 en ré mineur
  • Air de Pamina dans La Flûte enchantée
  • Début du « Lacrimosa » dans le Requiem
Mais n’oublions pas, dans cette histoire, l’élève de Wolfgang, alias Vadim Sher, (compositeur de « Shirley et Dino », « Matthias Langhoff », « Loin de Sunset Boulevard », « La fille et le fleuve ») dont le piano devient une arme supplémentaire. Pour défendre l’image du génie, il fallait sa musique ! 
Le public est envoûté par la musique dans la petite salle, pour réveiller l’âme de Mozart, les notes pour paroles. Les mélodies célèbres pour émouvoir. Pour reconnaître le talent. La beauté. Le mythe de ce prodige qui décède si vite. La postérité. Les œuvres qui font partie de l’histoire. Les airs qui restent dans nos mémoires. Il y a parfois, à travers cette voix superbe, une passion folle, aveugle, pour l’illustre compositeur. Virtuose que les viennois de l’époque ne pouvaient pas comprendre, peut-être. Sa musique séditieuse. Son air frondeur. Cela dérangeait. Sans doute. Et la flûte de l’endettement, elle, lui jouait un mauvais air. Un maléfice. Presque, déjà, un requiem. 
La musique est grandiose. Un parfum d’héroïsme est bien là. Dans l’atmosphère de ce spectacle malgré tout intimiste. 

« Avant, rien n’est acquis,

Après, rien n’est pareil », me dit Christophe Barbier lors de notre rencontre. C’est vrai. Je suis triste pour le fabuleux Mozart, que les créanciers harcelaient. Et qui en un espace de temps très court, va créer des œuvres titanesques. Mais son travail a résisté à l’épreuve du temps. Rien n’est pareil depuis Mozart…

 

Son âme chuchote presque sur la scène, à travers ce texte et ces chants. Et ce piano qui offre une pulsation magnifique. Des notes qu’on sifflote en sortant du Théâtre de Poche de Montparnasse. Je rentre chez moi. Des extraits de symphonie dans la tête. Des airs. Des mouvements qui touchent profondément notre cœur.
Tory Burch. 

Tory Burch. 

Tory Burch. La styliste américaine est née le 17 juin 1966 aux États-Unis.
En 2004, voilà la marque de prêt-à-porter à son nom ! Elle rencontre le succès. Elle devient une vedette de la mode et une des personnalités qui comptent à New York.

Sa mère est une actrice et mannequin qui a partagé la vie de Marlon Brando et Steve Mc Queen. Et son père était avec Grâce Kelly. Rien que ça.

Interview de Gilles de Maistre, réalisateur du « dernier jaguar »

Interview de Gilles de Maistre, réalisateur du « dernier jaguar »

Tristan Baille : Bonjour Gilles de Maistre. Merci pour cette rencontre. Vous avez réalisé le film à succès « le dernier jaguar ». Je connaissais « Mia et le lion blanc » et vous êtes revenu à une amitié entre une petite fille et un félin. Ce lien entre l’innocence d’un enfant et notre environnement semble une vraie thématique à explorer pour vous.

La nouvelle table Rive Gauche du Chef Guy Martin

La nouvelle table Rive Gauche du Chef Guy Martin

C’est un classique du quartier. Celui de la Tour Maubourg, paisible et résolument parisien. C’est aussi une adresse privilégiée, baignée de lumière, faisant face à l’histoire de France - les bâtiments de l’hôtel des Invalides. Deux belles raisons pour le Chef d’inaugurer la première page d’une belle collection : Maison Guy Martin. « Des tables de cuisinier, avec une identité propre. Et pour chacune, la volonté de témoigner de l’âme d’un quartier ». A l’image du paysage historique qui plante le décor, Pasco déroule une cuisine française, travaillée avec soin.

Livre tatoo

Livre tatoo

La première bible du tatouage fine-line avec les dernières tendances. Depuis une dizaine d’années, les microtatouages sont de plus en plus recherchés et permettent au tatouage de se diffuser auprès d’un public plus large.

Olibanum. Sentir et ressentir.

Olibanum. Sentir et ressentir.

Simple. Raisonnable. Engagé.
Gérald Ghislain a fondé cette marque en exprimant sa créativité. L’oliban, résine relaxante, apaisante, sert alors de fondation à un parfum précieux. Princes et rois pourraient les porter encore sur tous les continents, auréolés d’effluves divines, presque des prières pour le nez.
Dans chacune des eaux de parfum, il est le lien qui embrasse une matière première, tout en gardant à l’esprit des projets humanitaires.

FILA – M-SQUAD

FILA – M-SQUAD

La FILA M-SQUAD est un modèle signature inspiré du basketball sorti pour la première fois en 1993. Elle a été conçue à l'origine pour le joueur de NBA Jamal Mashburn. Le panneau M sur la tige fait référence à l'initiale du joueur.

Rééditée cette saison avec une tige en bi-matière, la FILA M-SQUAD existe depuis maintenant plus de 25 ans, faisant d’elle une paire de basket montante intemporelle.

M-SQUAD 140€

Ma version de l’histoire ! Du bonheur !

Ma version de l’histoire ! Du bonheur !

Pour l’auteur et comédien Sébastien Azzopardi, le plus important, c’est que le texte, une fois digéré par les acteurs, après avoir travaillé en amont, puisse recevoir cette énergie, cette humeur. Car c’est une comédie où évoluent de vraies personnes. Et c’est ce qui touche les gens.

J’ai été tellement surpris par cette pièce. Je pensais au départ que le mari était un banal menteur prêt à tout pour tromper sa femme. Je me trompais. Celle-ci cache bien son jeu. Mais bien entendu, c’est aux spectateurs de se faire leur opinion. Il est vrai que c’est une femme complexe. On a tous des secrets, avec nos colères, nos déceptions, nos bonheurs, nos compromis. Vis à vis de l’autre et de nous mêmes. Vis à vis des valeurs que nous défendons. Donc oui, ces personnages ne sont pas lisses, selon Sébastien Azzopardi.

Nous créons votre magazine, pour votre clientèle

Nous créons votre magazine, pour votre clientèle

Ce message concerne les dirigeants dans le domaine de l'hôtellerie :

Après avoir conçu et produit 27 couvertures et magazines de 80 pages, réalisé 243 séances photo et rédigé 322 articles, l'équipe de Crush Magazine est prête à mettre son expertise et son expérience à votre service pour créer votre propre magazine.

Offrez à votre clientèle un magazine 100% personnalisé ! Dites adieu aux magazines traditionnels comme Vogue, Elle ou Marie-Claire dans vos chambres et soyez à la pointe en proposant votre propre média, offrant un contenu de qualité et ciblé. Un magazine qui reflète votre identité, avec vos actualités hôtelières !

Grâce à notre solide expertise, réalisez votre magazine pour trois fois moins cher que si vous le faisiez en interne. Nous avons les contacts, les ressources et le réseau nécessaire, ainsi que l'accès à des personnalités influentes pour créer votre média, qu'il soit imprimé ou numérique.

Nous serons à votre écoute pour créer une revue haut de gamme en français et en anglais. Ne perdez plus de temps et prenons rendez-vous dès maintenant pour concrétiser ensemble ce beau projet.