Les diaboliques

C’est Nicolas BRIANÇON qui met en scène cette pièce. D’après Jules Barbey d’Aurevilly. Le texte est de Christophe Barbier. Avec Gabriel Le Doze. Magali Lange. Krystoff Fluder. Reynold de Guenyveau.

Christophe Barbier s’intéresse à cette œuvre symbolique. La question de la morale se pose alors. Tromper l’autre. La dépravation. Meurtre. Bassesses. Désirs dévorants. Vice.
4 acteurs diaboliquement énergiques nous poussent à réfléchir. Faut il interdire le recueil « les diaboliques » ?

L’inculpé de l’histoire ne se laisse pas faire face au juge d’instruction. C’est son travail, son cœur, sa liberté. Polémique ou non. Qu’est ce qui changera si une punition arrive ? Rien. Et c’est la mission des auteurs que de montrer ce que cache l’âme humaine. Sa beauté comme sa perfidie. La vérité, c’est que le plaisir charnel nous dévore. Nous fait peur et nous attire. Car la passion se joue de la morale. Elle court avec elle puis la bouscule. Elle l’embrasse puis la mord. Nos pulsions nous fascinent. Et Nicolas Briançon propose dans plusieurs thèmes une mise en scène juste. Équilibrée…présente et discrète.

Les diaboliques. Une œuvre comme un mauvais sort. Des accusations graves à l’époque. La loi doit être respectée et les idéalistes des mœurs de l’époque s’insurgent contre des actes non punis. La vertu elle même semble choquée.
Mais l’histoire avance et les « diaboliques» sont perçues différemment plus tard. Le cinéma saura alors montrer les richesses exquises tapies dans cette oeuvre.

Le texte est élégant. Il y a de l’emphase. Du rythme. Des images. Et ce n’est pas une mince affaire que de faire découvrir le style de Barbey d’Aurevilly. Sa plume en quête de métaphores. Sa verve.

Les personnages paraissent blessés. Dérangés. Le désir les marque à jamais, tatoue presque leurs cœurs. Les meurtrissant au plus profond de leur être, face à des femmes envoûtantes, étranges, presque insaisissables. Elles se taisent tantôt, dissimulent, puis parlent et scandalisent. Elles font hésiter le spectateur. Qu’est ce qui est vraiment condamnable ? Le désir ? Sa révélation ? Son existence même ? Le péché est une main qui sort de son gant de velours dans le théâtre de poche. Nous renvoyant à notre propre société ? Qui s’indigne aujourd’hui, quand la publicité utilise la sexualité pour vendre le moindre produit ? 
Christophe Barbier a écrit un texte brûlant. Et Nicolas Briançon, de sa mise en scène, souffle sur les braises. Nous jouons peut être aussi notre personnage, en apparence civilisé. Funambules entre le bien et le mal, à la frontière fragile. 
Mondain romantique, né le jour des morts, Barbey d’Aurevilly sera poursuivi un jour pour outrage à la morale publique. 
Les diaboliques. Au Théâtre de Poche. De Christophe Barbier. Mise en scène de Nicolas Briançon.
D’après Jules Barbey D’Aurevilly.
Du mardi au samedi à 21 h.
Le dimanche à 17 h.
Lumières : Jean Pascal Pracht.
Décor : Bastien Forestier.
Costumes : Michel Dussarat.
Son : Emeric Renard.
Assistante à la mise en scène : Elena Terenteva.
Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine 

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine 

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine. Un grand moment.

J’avais vu le film. Comme beaucoup de personnes. J’étais intrigué par l’adaptation théâtrale.
Mais quand je suis entré dans le théâtre, j’ai aussitôt basculé dans l’histoire. L’ambiance musicale. Les acteurs qui cherchent une classe en s’adressant aux spectateurs dans la salle, jusque dans les étages. Un petit concert semble s’improviser. Les spectateurs montent sur scène et dansent. Spectacle avant l’heure.

Les raisins de la colère 

Les raisins de la colère 

Je suis sorti de cette interview en étant vraiment impressionné.
L’adaptation théâtrale était loin d’être évidente. Et c’est une réussite. Sur la route 66, dans l’Amerique des années 30 qui, sur bien des points, connaît des problématiques similaires à la nôtre. Comme par exemple les problèmes d’eau. Les problèmes économiques et sociaux. Les migrations. La police sur les dents. Les voyageurs qui sont stigmatisés. Comme beaucoup de Okies (habitants de l’Oklahoma) qui voulaient un futur, un sol à semer.

Mademoiselle Bio. Le partage d’un savoir-faire !

Mademoiselle Bio. Le partage d’un savoir-faire !

Enseigne numéro 1 de cosmétique bio en ligne. Mademoiselle Bio, depuis 2006, est le symbole de la beauté engagée. Rendez vous compte ! 4000 produits de beauté bio ! Avec 150 marques de cosmétiques !
Pour Mademoiselle Bio, ce n’est pas qu’une affaire de mode. Ou une réflexion éphémère. C’est une marque et des employées convaincues ! Or seule la cosmétique certifiée bio est faite à base de plantes !

Interview Garance Authié

Interview Garance Authié

J’ai fait mes premiers pas dans
le monde du mannequinat à l’âge de 9 ans. À cette époque, j’étais très timide, et mes parents ont vu dans le mannequinat un moyen de me permettre de gagner en confiance en
moi. Mon premier défilé pour Gustavolins reste un moment inoubliable, surtout le privilège
de clôturer le show à ses côtés. Ce fut une véritable immersion dans un univers que je ne connaissais pas, surtout à travers les yeux d’une
petite fille timide comme j’étais à l’époque.