Riv’K, une cuisine israélienne généreuse aux parfums d’Asie.

Au cœur d’un Paris en plein effervescence, au 35 rue Véron, 75018 Paris, se niche une adresse solaire qui bouscule et éveille les sens.

La cheffe Rebecca Rohmer, Rivka, bien connue de la scène culinaire parisienne, a ouvert sa première adresse en 2019, Riv’K (“Rebecca” en hébreux), une table d’inspiration israélo-asiatique. Le mariage des cultures sonne juste car il a une histoire, celle de Rebecca, ses racines et ses nombreux voyages en Asie.

Les univers sensoriels explorés en Thaïlande et au Japon notamment, l’ont beaucoup nourrie, de même que les produits et épices découverts à cette occasion.

À la carte de cet établissement solaire, comme le suggère d’emblée sa devanture jaune, on trouve des plats typiques de la cuisine et la street-food israélienne, amplifiés par une approche (presque) gastronomique et assaisonnés d’épices asiatiques. En résulte une cuisine pointue et explosive, qui fait voyager les papilles, dans une ambiance aussi élégante que chaleureuse.

La cheffe a pensé́ une carte courte originale, dont les ingrédients varient en fonction des saisons. Suffisamment de propositions pour trouver son bonheur et répondre à l’exigence de fraîcheur que s’impose la cheffe. Dans son panier de courses, on retrouve, par exemple, les épices de chez Sabah Oriental ou d’Izraël (Paris 4ème) et le meilleur de la viande, labellisée Casher.

Pour s’initier au voyage, la cheffe propose deux pains en guise d’amuse bouche: une challah au zaatar et un petit pain élaboré à base de pomme de terre d’anis et de fleur d’oranger. Ils s’accompagnent d’une sauce zhug – sauce israélienne à base de piment et de coriandre. Parmi les entrées, un fricassé tunisien revisité, des nems d’avocat sauce ponzu et tahina, un houmous à base uniquement de pois chiches noirs, tofu au zaatar et chips de nori pour bien commencer le repas. Parmi les plats, la généreuse pita : effiloché de bœuf, cheese vegan, oignon rings, tahini, tomates pimentées et poêlée de légumes. Ou encore l’assiette orientale : nikitouches, houmous de pistache, artichauts à la juive, chalda, falafels de fèves, butternuts à la marocaine, sésame et grenades.

Côté dessert, la cheffe prépare une merveilleuse brioche maison, plébiscitée par les becs sucrés. La spécialité de la maison, les pains perdus revisités. Tantôt à la fleur d’oranger, pistache, zeste d’orange, cannelle, tantôt caramélisée avec une marmelade de yuzu et une glace sésame noir, ou encore façon baklava ou la très gourmande version pâte à tartiner maison chocolat sésame. Rivka manie admirablement l’art de la brioche qu’elle décline avec la même maîtrise en version salée comme sucrée !

Une jeune cheffe remarquable et remarquée !

Riv’K débute son apprentissage en 2015 chez Dominique Bouchet dans le 8e, aux côtés d’Akrame Benallal au restaurant Akrame puis chez Les Cocottes de Christian Constant et au Terroir Parisien de Yannick Alléno. En 2017, elle devient demi-cheffe de partie au restaurant Aux Près de Cyril Lignac. C’est précisément lors de cette expérience que la jeune femme a une véritable révélation et pousse sa créativité plus loin. Après un parcours dans les brasseries françaises, elle entrevoit un autre style de cuisine et pense déjà les prémices de son futur restaurant. Rebecca prend ensuite son premier poste de cheffe dans un restaurant parisien et ouvre en 2019 son premier restaurant, Riv’K, à seulement 24 ans.

Adresse : 35 rue Véron, 75018 Paris

Instagram : @rivkparis

Site internet: www.rivkparis.fr

Ouverture:  déjeuner : samedi et samedi / dîner : du mardi au dimanche

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine 

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine 

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine. Un grand moment.

J’avais vu le film. Comme beaucoup de personnes. J’étais intrigué par l’adaptation théâtrale.
Mais quand je suis entré dans le théâtre, j’ai aussitôt basculé dans l’histoire. L’ambiance musicale. Les acteurs qui cherchent une classe en s’adressant aux spectateurs dans la salle, jusque dans les étages. Un petit concert semble s’improviser. Les spectateurs montent sur scène et dansent. Spectacle avant l’heure.

Les raisins de la colère 

Les raisins de la colère 

Je suis sorti de cette interview en étant vraiment impressionné.
L’adaptation théâtrale était loin d’être évidente. Et c’est une réussite. Sur la route 66, dans l’Amerique des années 30 qui, sur bien des points, connaît des problématiques similaires à la nôtre. Comme par exemple les problèmes d’eau. Les problèmes économiques et sociaux. Les migrations. La police sur les dents. Les voyageurs qui sont stigmatisés. Comme beaucoup de Okies (habitants de l’Oklahoma) qui voulaient un futur, un sol à semer.

Les diaboliques

Les diaboliques

C’est Nicolas BRIANÇON qui met en scène cette pièce. D’après Jules Barbey d’Aurevilly. Le texte est de Christophe Barbier. Avec Gabriel Le Doze. Magali Lange. Krystoff Fluder. Reynold de Guenyveau.

Christophe Barbier s’intéresse à cette œuvre symbolique. La question de la morale se pose alors. Tromper l’autre. La dépravation. Meurtre. Bassesses. Désirs dévorants. Vice.
4 acteurs diaboliquement énergiques nous poussent à réfléchir. Faut il interdire le recueil « les diaboliques » ?

Mademoiselle Bio. Le partage d’un savoir-faire !

Mademoiselle Bio. Le partage d’un savoir-faire !

Enseigne numéro 1 de cosmétique bio en ligne. Mademoiselle Bio, depuis 2006, est le symbole de la beauté engagée. Rendez vous compte ! 4000 produits de beauté bio ! Avec 150 marques de cosmétiques !
Pour Mademoiselle Bio, ce n’est pas qu’une affaire de mode. Ou une réflexion éphémère. C’est une marque et des employées convaincues ! Or seule la cosmétique certifiée bio est faite à base de plantes !

Interview Garance Authié

Interview Garance Authié

J’ai fait mes premiers pas dans
le monde du mannequinat à l’âge de 9 ans. À cette époque, j’étais très timide, et mes parents ont vu dans le mannequinat un moyen de me permettre de gagner en confiance en
moi. Mon premier défilé pour Gustavolins reste un moment inoubliable, surtout le privilège
de clôturer le show à ses côtés. Ce fut une véritable immersion dans un univers que je ne connaissais pas, surtout à travers les yeux d’une
petite fille timide comme j’étais à l’époque.