STATIONS FANTôMES du métro parisien

Il existe plusieurs stations de métro à Paris qui n’ont jamais été utilisées par les voyageurs, soit parce qu’elles ont été fermées avant l’ouverture de la ligne, soit parce qu’elles ont été construites mais n’ont jamais été mises en service. En voici quelques exemples :

Station Arsenal : Située sur la ligne 5, cette station n’a jamais été ouverte au public en raison de sa proximité avec la station Bastille, située à seulement quelques centaines de mètres. Elle a été utilisée comme lieu de tournage pour plusieurs films, dont La Vie est un long fleuve tranquille.

Station Champs-de-Mars : Fermée en 1939

Station Croix Rouge : Fermée en 1939

Station Martin-Nadaud : Située sur la ligne 11, cette station a été construite en 1939 mais n’a jamais été ouverte au public en raison de la Seconde Guerre mondiale. Elle a été utilisée comme refuge pendant la guerre et est aujourd’hui utilisée comme centre d’entraînement pour les pompiers.

Station Porte-Molitor : Située sur la ligne 9, cette station a été fermée en 1939 en raison de la guerre, mais elle n’a jamais rouvert par la suite. Elle a été utilisée comme lieu de stockage pendant la guerre et est aujourd’hui utilisée comme centre de formation pour la RATP.

Station Haxo : Située sur la ligne 3bis, cette station a été construite en 1921 pour desservir le quartier de Belleville, mais elle n’a jamais été mise en service en raison de la proximité des stations Gambetta et Télégraphe.

Station Saint-Martin : Fermée en 1939, réouverte à la libération, puis définitivement fermée, aujourd’hui elle sert parfois d’hébergement temporaire aux sans-abri… Peut être pour faire honneur au nom qu’elle porte. Saint Martin est connu pour avoir partager son manteau avec un vagabond.

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine 

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine 

Le cercle des poètes disparus au Théâtre Antoine. Un grand moment.

J’avais vu le film. Comme beaucoup de personnes. J’étais intrigué par l’adaptation théâtrale.
Mais quand je suis entré dans le théâtre, j’ai aussitôt basculé dans l’histoire. L’ambiance musicale. Les acteurs qui cherchent une classe en s’adressant aux spectateurs dans la salle, jusque dans les étages. Un petit concert semble s’improviser. Les spectateurs montent sur scène et dansent. Spectacle avant l’heure.

Les raisins de la colère 

Les raisins de la colère 

Je suis sorti de cette interview en étant vraiment impressionné.
L’adaptation théâtrale était loin d’être évidente. Et c’est une réussite. Sur la route 66, dans l’Amerique des années 30 qui, sur bien des points, connaît des problématiques similaires à la nôtre. Comme par exemple les problèmes d’eau. Les problèmes économiques et sociaux. Les migrations. La police sur les dents. Les voyageurs qui sont stigmatisés. Comme beaucoup de Okies (habitants de l’Oklahoma) qui voulaient un futur, un sol à semer.

Les diaboliques

Les diaboliques

C’est Nicolas BRIANÇON qui met en scène cette pièce. D’après Jules Barbey d’Aurevilly. Le texte est de Christophe Barbier. Avec Gabriel Le Doze. Magali Lange. Krystoff Fluder. Reynold de Guenyveau.

Christophe Barbier s’intéresse à cette œuvre symbolique. La question de la morale se pose alors. Tromper l’autre. La dépravation. Meurtre. Bassesses. Désirs dévorants. Vice.
4 acteurs diaboliquement énergiques nous poussent à réfléchir. Faut il interdire le recueil « les diaboliques » ?

Mademoiselle Bio. Le partage d’un savoir-faire !

Mademoiselle Bio. Le partage d’un savoir-faire !

Enseigne numéro 1 de cosmétique bio en ligne. Mademoiselle Bio, depuis 2006, est le symbole de la beauté engagée. Rendez vous compte ! 4000 produits de beauté bio ! Avec 150 marques de cosmétiques !
Pour Mademoiselle Bio, ce n’est pas qu’une affaire de mode. Ou une réflexion éphémère. C’est une marque et des employées convaincues ! Or seule la cosmétique certifiée bio est faite à base de plantes !

Interview Garance Authié

Interview Garance Authié

J’ai fait mes premiers pas dans
le monde du mannequinat à l’âge de 9 ans. À cette époque, j’étais très timide, et mes parents ont vu dans le mannequinat un moyen de me permettre de gagner en confiance en
moi. Mon premier défilé pour Gustavolins reste un moment inoubliable, surtout le privilège
de clôturer le show à ses côtés. Ce fut une véritable immersion dans un univers que je ne connaissais pas, surtout à travers les yeux d’une
petite fille timide comme j’étais à l’époque.