LE REPAS DES FAUVES
La pièce fut refusée au départ. Et des années plus tard, les trophées sont au rendez vous pour « Le repas des fauves ». Ce genre de revanche est un délice à découvrir. 

Comme le dit Molière, « le non est un oui qui a besoin de temps pour éclore. » 

Un texte de Vahe Katcha adapté pour le théâtre. Le film de Christian Jaque avait quant à lui servi d’inspiration à l’auteur. Avec des décors et un film d’animation. 
Pour commencer…
Le contexte de l’occupation. Le couvre feu. Ce qui est sur la table vaut le détour à une telle époque. Thierry Fremont nous régale. Ça sent la comédie légère. Sauf que des tirs résonnent tout à coup. Des Allemands décèdent en bas. Un officier, SS, arrive. Effrayant de froideur. De pouvoir. 
Les invités n’ont pas le choix. C’est eux qui vont décider qui va le suivre. Et il y en aura deux. Qui est présent ? Un collabo. Une résistante. Un prof de philo. Un docteur. Un rescapé non voyant. Un libraire et sa femme. 
Deux heures pour se mettre d’accord. Qui va descendre ? C’est là que tous les coups sont permis. Évidemment. Sous le regard du SS qui paraît presque amusé par la situation. La cruauté des hommes n’a alors pas de limites. Les anciens amis ne se font pas de cadeaux. Mauvaise foi. Hypocrisie. Mensonges. Révélations. Manipulation et arguments malsains. Racisme. Sacrifices. Fausse grandeur d’âme. Des amis rattrapés par l’histoire. L’acrimonie totale sans souffler les bougies.
En 2011, la pièce reçoit le Molière de la meilleure pièce de théâtre privé. La meilleure adaptation. Et la meilleure mise en scène. Mais le succès était déjà là avec le bouche à oreille. Il reste peu de places à l’Hebertot. 
Vahe Katcha ? Un journaliste arménien vraiment talentueux a eu l’idée originale. Décédé en 2003. En laissant ce bijou remarquablement adapté. Cette angoisse jusque dans les silences. Les gestes. Les déplacements. Les regards. Les spectateurs sont accrochés aux moindres paroles. Et quand le SS revient pour chercher ses otages….le pire c’est que…
Le repas des fauves a le mérite de faire rire malgré une situation terrible. C’est une comédie vraiment originale et tragique. 1942. L’occupation. Et pourtant…Au départ, c’est un anniversaire. Il y a des cadeaux. De la joie comme des bulles de champagne. On tente d’oublier la guerre. Mais l’appartement devient le théâtre d’un affrontement immonde. Ironique. 
La Gestapo attend tranquillement les futurs otages. Ce sera au dessert que le commandant Kaubach fera son devoir. Il attendra tout ce temps car il connaît le libraire. Qu’il apprécie. Un peu.
La panique est dans l’air. Chacun devient lâche. Touchant. Énervé. Seules les deux femmes restent assez dignes, finalement. 
La mise en scène déclenche des émotions extraordinaires. Les spectateurs sont comme enfermés dans cet appartement. Le suspense s’intensifie de minutes en minutes. Les images d’archives participent au huis clos. Le plus terrible, c’est que…Avant que les Allemands les embarquent, c’est déjà de la folie. C’est infernal. Efficace. Sans possibilité de fuite.
Comment peut-on rire d’un tel drame ? C’est pourtant ce qui arrive. Les comédiens sont si talentueux. L’occupant s’efface. L’occupé nous préoccupe. Ils se révèlent impitoyables les uns avec les autres. Comme si le SS était déjà parmi eux. La honte se révèle. L’amitié n’est plus. La grande pièce est là. Sous nos yeux. Pour notre plus grand bonheur.
La distribution : Cyril Aubin. Olivier Bouana. Stéphanie Caillol. Sébastien Desjours. Benjamin Egner. Jochen Hagele. Stéphanie Hedin. Jérémy Prévost. Julien Sibre. Barbara Tissier (qui double Cameron Diaz). Alexis Victor (Bradley Cooper). Caroline Victoria (Anne Hathaway). 
La lumière : Jean François Domingues
La scénographie : Camille Duchemin
La réalisation graphique : Cyril Drouin (bravo pour le noir et blanc des images qui augmente l’atmosphère pesante).
Costumes : Melisande de Serres 
Musique : Jérôme Hedin

Loc : 0143872323

Du mercredi au samedi à 21h, les samedis à 16h et les dimanches à 15h
Représentation exceptionnelle supplémentaire le 31 décembre à 20h30
Lady Agatha

Lady Agatha

Lady Agatha. Au Théâtre de la Michodiere. Un rythme fou pour l’âme du crime. On entre dans le passé d’une femme unique. Agatha Christie. Une épopée à travers le monde et sur une scène. C’est rythmé. Vivant. Du théâtre comme on aime.

Vice Versa Hôtel 

Vice Versa Hôtel 

Vivez une expérience originale au Vice Versa, décoré par la célèbre créatrice Chantal Thomass sur le thème des 7 péchés capitaux.

Dès votre entrée au Vice Versa Hôtel Paris, vous accédez au paradis… Vous êtes accueillis dans un salon d’une blancheur parfaite, équipé de fauteuils confortables où il fait bon se reposer.

LE STYLE CHANEL

LE STYLE CHANEL

Hannah Rogers est rédactrice adjointe mode et styliste au Times. Spécialiste des tendances, de la mode, des tapis rouges et des célébrités, elle s’intéresse à tout ce qui est dans l’air du temps. Elle signe ici son premier livre.

Toshiba / Canvio Flex

Toshiba / Canvio Flex

Le Canvio Flex va vous accompagner longtemps. En général, les gadgets ne durent pas. Mais quand il s’agit de vos précieuses données, il vous faut un matériel durable. Le Canvio Flex fonctionne indistinctement avec les principaux systèmes d’exploitation. Smartphone, tablette, Mac ou PC Windows*, il vous suffit de connecter votre appareil au câble USB pour accéder à vos données, les partager d’un appareil à l’autre et en faire des copies. Le Canvio Flex est la solution de stockage pour tous vos appareils. Vous allez pouvoir compter sur elle pendant longtemps.

Tory Burch. 

Tory Burch. 

Tory Burch. La styliste américaine est née le 17 juin 1966 aux États-Unis.
En 2004, voilà la marque de prêt-à-porter à son nom ! Elle rencontre le succès. Elle devient une vedette de la mode et une des personnalités qui comptent à New York.

Sa mère est une actrice et mannequin qui a partagé la vie de Marlon Brando et Steve Mc Queen. Et son père était avec Grâce Kelly. Rien que ça.

Interview de Gilles de Maistre, réalisateur du « dernier jaguar »

Interview de Gilles de Maistre, réalisateur du « dernier jaguar »

Tristan Baille : Bonjour Gilles de Maistre. Merci pour cette rencontre. Vous avez réalisé le film à succès « le dernier jaguar ». Je connaissais « Mia et le lion blanc » et vous êtes revenu à une amitié entre une petite fille et un félin. Ce lien entre l’innocence d’un enfant et notre environnement semble une vraie thématique à explorer pour vous.

La nouvelle table Rive Gauche du Chef Guy Martin

La nouvelle table Rive Gauche du Chef Guy Martin

C’est un classique du quartier. Celui de la Tour Maubourg, paisible et résolument parisien. C’est aussi une adresse privilégiée, baignée de lumière, faisant face à l’histoire de France - les bâtiments de l’hôtel des Invalides. Deux belles raisons pour le Chef d’inaugurer la première page d’une belle collection : Maison Guy Martin. « Des tables de cuisinier, avec une identité propre. Et pour chacune, la volonté de témoigner de l’âme d’un quartier ». A l’image du paysage historique qui plante le décor, Pasco déroule une cuisine française, travaillée avec soin.